Les bloqueurs de TNF contre le rhumatisme

Les bloqueurs de TNF contre le rhumatisme ne sont pas associés à un risque accru de cancer Le traitement des maladies rhumatismales inflammatoires par des produits biologiques modernes de la classe des inhibiteurs du TNF n’est pas associé à un risque accru de cancer. C’est ce que soulignent les rhumatologues de l’Association professionnelle des rhumatologues allemands (BDRh) à Bad Aibling, en citant une étude actuelle menée au Danemark auprès de plus de 13 000 patients.

Expérimentations et constatations

« Le risque de développer une tumeur n’était en aucun cas lié aux inhibiteurs du TNF pris », explique le Dr Edmund Edelmann, président du conseil d’administration du BDRh et rhumatologue pratiquant dans un cabinet de groupe à Bad Aibling. « Ainsi, le risque de cancer n’a augmenté ni au début ni avec la durée du traitement. Il n’y avait pas non plus d’augmentation du risque de cancer en fonction des agents anti-TNF utilisés dans chaque cas – qu’il s’agisse de l’infliximab, de l’adalimumab, du certulizumab pegol, du gilimumab ou de l’etanercerpt. Ce résultat était également indépendant du type de maladie des patients étudiés et s’appliquait donc également aux personnes atteintes de polyarthrite rhumatoïde (PR), de rhumatisme psoriasique (RP) et d’autres arthrites.

Statistiques et analyses des résultats

Globalement, seuls trois pour cent des plus de 13 000 participants à l’étude ont développé un premier cancer dans les neuf ans. » Des études antérieures avaient laissé entendre que la prise d’inhibiteurs du TNF pouvait augmenter le risque individuel de développer un cancer. « Cependant, les données actuelles à long terme montrent que le risque global de maladies malignes n’est pas augmenté sous traitement anti-TnF », souligne Edelmann. « Ce résultat est très encourageant, d’autant plus que les bloqueurs de TNF, qui inhibent le principal messager de l’inflammation, le facteur de nécrose tumorale (TNF), peuvent améliorer sensiblement le pronostic des personnes concernées. »